Retour d'experience (si ca marche pour moi...)

Lettre à mon grand-père

J’avais écrit il y a quelques temps ‘la liste des remerciements‘. J’y expliquais en quoi remercier les gens, leur expliquer en quoi ils vous ont aidés, permet de déceler les choses qui ont comptées pour vous, leur importance.
Je suis toujours adepte de cette pratique. Il aurait été facile de zapper celle-ci. Mais cela fait partie des « merci » que je n’ai pas formalisé, alors allons-y.

Un mail m’a rappelé à la réalité aujourd’hui, cela fait 4 ans que tu es parti. J’avoue, je n’y avais pas pensé. J’ai toujours ta date de naissance en tête, pas l’autre.
Cela m’a fait penser à toi, à la manière dont tu restes présent pour moi aujourd’hui. 4 ans après, après la douleur, après le manque, je me rends compte que la situation a évolué. J’en fais le constat à cet instant.
Au delà de quelques moments de blues, je te perçois aujourd’hui comme un morceau de mon patrimoine avant tout. Ce n’est plus un manque, c’est un plus. Je vois l’héritage que tu as légué, la somme de souvenirs, de pensées. Une immense chose positive. Et je t’ai dit beaucoup de choses, mais je ne pense pas t’avoir dit merci.
Il y a les petits tout d’abord. Tu les as croisés, mais tu aurais adoré les voir grandir. Ils poussent vite. Et plutôt bien 🙂 Tu en serais fier. On parle de toi de temps en temps. Il y a un arbre généalogique dans la chambre de la petite. Elle te connait, alors elle parle de toi à son frère. Je ne sais plus ce qui vient de ses souvenirs, de ce qu’on lui a raconté. Mais elle continue d’en parler, 4 ans après. A cet âge, c’est une éternité.
Elle se souvient de la ville, elle se souvient des fraises que tu lui préparais. Si elle garde une seule chose, cela me semble pas mal. Merci.
Il y a tes biens autour. Tous ces objets qui t’appartenaient, et que j’avais peur de voir disparaitre. J’avais peur de te re-perdre une nouvelle fois sûrement en les laissant.
Le temps passe. Quelques uns ne sont plus là, mais ce n’est pas grave. J’en ai profité, c’est ce que tu aurais souhaité je pense. Merci.
Il y a moi aussi. Tous ces souvenirs dans ma tête. Dans toutes ces choses que j’aime aujourd’hui, certaines viennent de toi. Et j’en ai une certaine fierté. Entre moi et moi, je ne le dis à personne, mais je sais quand ça vient de toi.
J’ai mis du temps à m’en rendre compte aussi, mais tu étais le ciment de pas mal d’habitudes de familles également. Toutes ces choses que l’on a du mal à faire sans rechigner quand elles sont là. Puis elles disparaissent, et on se rend compte alors de leur importance. Ça m’aide pour la suite, d’en avoir pris conscience. Merci.
Je t’aime,
Max
PS : La petite m’a demandé si elle allait te voir l’autre jour dans le ciel, quand on prenait l’avion.

commentaires sur “Lettre à mon grand-père”

    1. C’est vrai! maintenant que tu le dis, je m’en rends compte 🙂
      (en partant du principe que tu ne parles pas de la petite fille en jupe, évidemment)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *